Vous êtes ici : Accueil > Résidences >

Nbimbezele - Pygmées Aka & Camel Zekri

NBIMBEZELE - PYGMEES AKA & CAMEL ZEKRI

En résidence de création au Chantier 14 au 17 mai 2018

Concert aux 21e Joutes musicales de printemps : 18-19-20 mai 2018, Correns

Étape musicale Pitchoun : Jeudi 17 mai 2018, Fort Gibron

 

> Nbimbezele
Teaser / vidéo
Biographies
Les rendez-vous à ne pas manquer
Infos pratiques, tarifs, billetterie

 

Avec : Camel Zekri • arrangements, guitare, percussion
Prosper Kota • chant, nzéké nzéké (sonnailles), mokinga
Jean Pierre Mongoa • chant, gbongongo (harpe), mokinga
Honoré Gbako • chant, percussion, arc en bouche, mokinga
Herman Niamolo • assistant

 

NBIMBEZELE
Pygmées Aka & Camel Zekri

Nbimbezele. Cela signifie « les gens qui ne se connaissent pas et qui jouent de la musique ensemble ». C’est le nom de cette création qui sʼappuie sur un corpus des chants polyphonique pygmées Aka. Le compositeur Camel Zekri travaille depuis 1999 avec ce groupe de la forêt de la Lobaye en Centrafrique. Ensemble, ils ont constitué ce répertoire après des années de recherche. Un répertoire de chants qui décrivent scènes de vie quotidienne, de chasse ou de cueillette. Si la base est traditionnelle, cette création interroge la polyphonie et lʼutilisation d’instruments autochtones dans un contexte contemporain. Cette création est une première car elle rassemble lʼinstrumentarium complet des pygmées Aka. Lʼharmonie qui se dégage de cette création trouvant sa source dans la relation qu’entretient ce peuple avec la nature.

www.camelzekri.com

 

Coproduction :
Les Arts Improvisés
Le Chantier, Centre de création des nouvelles musiques traditionnelles & musiques du monde

 

Teaser / vidéo :

Cliquez ici pour voir la vidéo

Vidéo : Nbimbezele

Cliquez ici pour voir la vidéo

Vidéo : Nbimbezele (2)

Cliquez ici pour voir la vidéo

Vidéo : Nbimbezele (3)

 

 

Les voix

Les Pygmées peuvent chanter en voix de basse, baryton ténor (kingo-ékoké), en voix de tête (kingo-ékélélé), ou combinant les deux en créant une sorte de double voix dans la polyphonie vocale existante. Les polyphonies kiogo-ékoké étant réservé aux hommes celle du kingo-ékélélé étant partagé entre les deux sexes. La voix médium (ndiyengué) étant un espace qui appartient aux femmes.

 

Les instruments et le rythme

Les chants des musiciens Aka, parlent de la vie en forêt. Ils décrivent des scènes de chasse, font des louanges aux meilleurs chasseurs, avertissent le village qui partagent le gibier dans la joie. C’est le Mo-mbété (flûte) qui entonne la mélodie que reprennent en chœur chasseurs et villageois. Avec le mbongongo (harpe) les paroles abordent la beauté des femmes sur des airs courtois. Le prétendant apporte la dote et demande l’approbation des parents. Ceux-ci, s’ils considèrent l’homme apte à protéger leur fille, lui accorderont sa main. Les mokinga sont les tambours qui transmettent les messages pour avertir les villageois qui sont en forêt d’un malheur qui est arrivé au village. Auquel cas, tout le monde revient rapidement. Il est aussi utilisé pour les funérailles afin de libérer les forces du mort. Les totems du défunt sont alors transmis à son héritier. C’est sur ces paroles fondamentales et universelles de la culture des pygmées Aka, que le répertoire prend sa source. Avec l’urbanité qui rencontre la forêt, la sagesse ancestrale des Aka sert de socle et de repère à la société. L’harmonie qui se trouve dans la relation entre les hommes, la nature, prend une force lumineuse face aux valeurs en mouvement de la modernité.

 

Entre leur forêt nos villes et nos campagnes

La musique, ce n’est pas tout. Il y a la vie et là où nous vivons. Et ne pas découvrir cela lorsqu’il s’agit des Pygmées, c’est perdre quelque chose d’essentiel. De même que pour eux, il est nécessaire de voir nos territoires de vie. Sans cet échange, la rencontre ne saurait exister. Le fait de nous rencontrer là où nous vivons, ville ou campagne permet un équilibre dans la relation et la possibilité de parler de tout ce que nous ressentons, nos troubles comme nos incompréhensions... chacun le disant à sa manière, chacun le comprenant à sa manière. Chez eux, aujourd’hui il y a la forêt mais aussi la déforestation avec la cupidité des grandes sociétés et d’Etats complices. Leur milieu se dégrade. Leur culture s’efface petit à petit. Et certains villages n’ont plus de pratiques de chants et de danses. Et les textes censés défendre leurs droits n’arrivent pas au cœur de la forêt. Aussi c’est une aubaine pour eux, de voyager à l’étranger pour se présenter, pour dire qui ils sont. Ils sont les dépositaires d’une des plus anciennes civilisations du monde qui a côtoyé la grande civilisation de l’Egypte antique. Ils ont aussi une des plus grandes connaissances pharmacopées de la planète, et ils ont inventé une polyphonie libre, ouverte, généreuse et universelle où la hiérarchie n’existe pas. Et par la création, la composition et l’invention, ils affirment leur appartenance à la modernité. Ainsi d’une manière pacifique, ils nous disent que nous appartenons tous, humains, animaux et plantes à la culture universelle de la planète terre.

 

 

BIOGRAPHIES

Camel Zekri, arrangements, guitare, percussion

Témoin du temps présent Camel Zekri est un héritier et un passeur de l’art musical du XXIème siècle. Son œuvre se situe d’emblée entre vie et conscience, entre écrit et oralité, entre oubli et mémoire de l’oubli… Il aborde le grand thème historique post-colonial (Vénus Hottentote), l’identité et l’écologie (Festival de l’eau), la transe et la mémoire (Diwan), l’égalité (le Cercle), la modernité et tradition (Xem Nun), la voix des peuples autochtone (Ishango), le racisme (sous la peau).

Héritier ! Il l’est de son grand-père Hamma Moussa maitre Gnawa du Diwan de Biskra en Algérie. Mais également du conservatoire où il étudie la guitare et l’harmonie à Paris. Du maître Gnawa, il retiendra l’idée de renaissance qu’offre la transe à chaque individu. Cette renaissance, il la saisie comme une chance (baraka), un idéal dans un monde ou tout se conçoit en opposition. Dans cet environnement, il se fraie un chemin de l’intérieur vers l’extérieur. Avec le conservatoire de musique et les études universitaires de musicologie, il affûte ces propres clés pour exprimer son intériorité Gnawa, constituée des trois mondes : Sidi Mimoun, Dyonisos et la conscience matrixielle. Celle-ci est l’espace intersubjectif de l’Autremère entre son Algérie et sa France. Elle est élément de transversalité, elle est un monde qui relie l’Afrique et l’Europe là ou prennent naissance chacune de ses créations.

Des rencontres décisives parcourent sa formation, celle avec Cooper Moore, inventeur d’objets musicaux hors du commun, Barre Philips et Fred Frith. Avec ce dernier, musicien et compositeur expérimental anglais d’envergure internationale sur la scène avant-gardiste, il poursuit l’inventivité où, ensemble, ils osent des accords inédits.

Intimement mis au carrefour des cultures, il s’engage pleinement à faire le lien entre la profondeur des musiques de traditions orales et la pulsation de notre temps. Avec le diwan de Biskra il mènera cette formation musicale mystique du sud algérien à travers le monde, tout en le déclinant sous différents modes musicaux, du slam au blues. La transversalité et la pluridisciplinarité innervent son travail et l’exemple le plus patent est la création du Festival de l’eau dans les années 90. Parcourant l’Afrique avec l’artiste et interprète Dominique Chevaucher, il relie son patrimoine familial, le diwan de Biskra, et son talent de compositeur contemporain au répertoire traditionnel pour la création de nouveaux dialogues musicaux. De cette transversalité naîtront des créations, des concerts, des ateliers pédagogiques de transmission interculturelle et une œuvre-concept, Le Cercle. De même, Xem Nun avec les trompes de Centrafrique l’ensemble Ongo-Brotto de Bambari, Ishango et La Lobaye avec les pygmées aka s’inscrivent dans ce mouvement.

Outre son travail de maître d’œuvre, Camel Zekri a signé des œuvres multiples, à commencer en 2003 avec La Vénus Hottentote. Long râle transfiguré, comme détaché de toute aliénation humaine, l’instrument maître qu’est la guitare devient matière libre. Avec Le Cercle il compose une œuvre polymorphe où s’entrelacent les chants soufi, les mélopées africaines (tambours et quarkabous) avec accouplé/adossé à sa guitare le chant sourdement clair de Dominique Chevaucher. Sous la peau, sous le signe de Frantz Fanon, lui permet de travailler avec le comédien Sharif Andoura pour un duo où le texte slame la musique. Avec le cinéaste Malek Bensmail, il compose la bande originale du film La Chine est encore loin. Avec Just to dance de Héla Fattoumi et Eric Lamoureux, il compose une partition multi-instrumentale avec la chanteuse Dominique Chevaucher pour neuf danseurs un musicien et un chanteuse.
Passeur entre des territoires géographiquement lointains, où les résonances qu’il met en œuvre nous font comprendre combien le son n’a pas de frontières, Camel Zekri est ce corps musicien en perpétuelle recherche. Celle de l’improvisation, de la spiritualité et des origines de nos mondes.

 

Prosper Kota, chant, nzéké nzéké (sonnailles), mokinga

Jean Pierre Mongoa, chant, gbongongo (harpe), mokinga

Honoré Gbako, chant, percussion, arc en bouche, mokinga

Herman Niamolo, assistant

 

 

Les rendez-vous à ne pas manquer

Nbimbezele

► CONCERT AUX 21E JOUTES MUSICALES DE PRINTEMPS :
18-19-20 MAI 2018, Correns, Correns

► Accès, hébergement, infos pratiques

► Billetterie en ligne

 

 

ACTION CULTURELLE :

► ÉTAPE MUSICALE PITCHOUN :
JEUDI 17 MAI 2018, Fort Gibron, Correns

 

 

Partager cette page :

 

Les JOUTES MUSICALES - festival des musiques du monde

Festival des nouvelles musiques traditionnelles & musiques du monde Pendant 3 jours, avec plus de 30 concerts intimistes et festifs, les Joutes musicales sont un festival unique et (...)

Les Concerts - Étapes musicales

Le Chantier organise une Étape musicale à lʼoccasion de chaque résidence de création quʼil accueille. LʼÉtape musicale est un temps de rencontre avec le public permettant aux artistes de présenter leur (...)

 

L’Action culturelle au Chantier

Depuis sa création en 2001, le Chantier met au centre de ses préoccupations et de son projet la sensibilisation des publics aux nouvelles musiques traditionnelles et musiques du monde. La (...)

Les Étapes Pitchoun

Temps de rencontre avec les artistes qu’il accueille en résidence, l’objet des Étapes musicales Pitchoun est à la fois de confronter les enfants au processus de création artistique, et (...)

 

Tables rondes et rencontres

Le Chantier propose régulièrement des tables rondes et moments de réflexion autour de thématiques inhérentes aux musiques du monde et à la création. Les Tables Rondes des Joutes musicales « (...)

Réflexion

La création, dans le champ des musiques traditionnelles et du monde, relève plus du domaine de la pratique que de la réflexion, en raison de transmissions le plus souvent orales. L’objet du (...)

 

Article 9 (chœur mixte)

Article 9 est né en 1991 sous le signe de l’amitié. Le chant de ce groupe improbable aurait dû s’arrêter avec celui des cigales. Mais, la vendange terminée, le plaisir d’être (...)

Equinòxis : rencontres de chant traditionnel

Inspiré des rencontres de chorales organisées ces quelques dernières années, le chœur Article 9 fait évoluer le concept en proposant désormais deux rendez-vous annuels. Toujours placées sous le signe de (...)

 
 

Le chantier

Agenda
Infos pratiques - Contact
Billetterie
La page Facebook du Chantier La chane Youtube du Chantier Le Chantier sur Twitter Le Chantier sur Google + Billetterie en ligne